F68-2 – San Francisco Cable Car

Parmi les principaux points d’intérêt à San Francisco et alentours, il y a bien sûr le Golden Gate, l’île d’Alcatraz et son fameux pénitencier, ou encore les collines jumelles de Twin Peaks. Mais le tramway de la ville, mondialement connu, est lui aussi un incontournable de la cité californienne. Tomica l’a bien compris et proposait au sein de la série Foreign une reproduction du fameux « Cable Car ».

Destination touristique prisée aux Etats-Unis, la ville de San Francisco en Californie possède un relief pour le moins tourmenté. La cité compte en effet une cinquantaine de collines abritant habitations, jardins et parcs. Au XIXème siècle, cargaisons et passagers avaient recours à des attelages tirés par plusieurs chevaux pour gravir et descendre les rues pentues de la ville. Andrew Smith Hallidie, un londonien travaillant à San Francisco, eut l’idée de construire une machine pour épargner les chevaux qui bien souvent trébuchaient dans les pentes et étaient ensuite emportés en bas de la pente par leur cargaison. Avec les conséquences matérielles, animales et humaines que l’on peut deviner…

Pas de conducteur ou de chauffeur, mais un gripman

Hallidie, dont la spécialité familiale est la fabrication de câbles métalliques, conçoit alors un véhicule utilisant lesdits câbles. Placés en sous-terrain, ceux-ci sont actionnés au moyen de grosses poulies. Et à l’intérieur du véhicule, c’est le conducteur (appelé gripman) qui gère en permanence la vitesse et le freinage au moyen d’un énorme levier. Il existe deux types de Cable Car : ceux à cabine unique, qui doivent être tournés sur de gros plateaux à chaque fin de parcours, et ceux à deux cabines où il suffit au gripman de se déplacer de l’autre côté de la plate-forme pour entamer le trajet suivant.

Les modèles à cabine unique sont dotés d’une partie couverte à l’avant, abritant le poste de conduite et des sièges tournés vers l’intérieur du véhicule. La partie arrière, quant à elle, est ouverte et équipée de bancs en bois tournés eux vers l’extérieur. Pouvant embarquer jusqu’à 60 passagers (dont 29 assis), ce type de Cable Car mesure 8,6 mètres de long pour 2,4 m de large et pèse 7 tonnes. Pour leur part, les Cable Car à double cabine peuvent convoyer 68 personnes (34 assises). Pesant 7,62 tonnes, ils sont plus longs de 40 centimètres et plus lourds de 620 kilogrammes que les modèles à cabine unique.

15 lignes différentes ouvertes en six ans

C’est au mois d’août 1873 que le Cable Car effectue avec succès son premier trajet sur Clay Street. Une rumeur veut que le mécanicien recruté par Hallidie ait refusé de prendre les commandes de la machine, et que c’est Hallidie lui-même qui a effectué le trajet inaugural dans les deux sens, montée et descente, sans rencontrer le moindre problème. Dès septembre de la même année, la ligne Clay Street est officiellement mise en service. Quatre ans plus tard, un deuxième tronçon est ouvert et en 1879, le réseau san franciscain compte pas moins de 15 lignes. Devant le succès rencontré par le Cable Car, celui-ci est adopté par d’autres grandes villes américaines comme Washington D.C., Chicago, New York ou encore Los Angeles.

Toutefois, le tremblement de terre du 18 avril 1906 et le grand incendie qui s’ensuivit mirent à mal la carrière du Cable Car dans la ville. Car non seulement les infrastructures furent gravement endommagées, mais les dépôts où étaient entreposés les véhicules subirent eux aussi de gros dégâts. Lors de la reconstruction de San Francisco, le Cable Car sera massivement remplacé par des tramways électriques. En 1912, seules huit lignes sont conservées mais disparaissent progressivement dans l’entre-deux guerres. De nos jours, il ne subsiste plus que trois lignes principalement utilisées à des fins touristiques. On retrouve d’un côté les tracés California Lane et Powell & Mason qui ont été conservées tels quels. Et de l’autre, une ligne nouvelle créée au début des années cinquante entre Powell Street et Hyde Street, dont le tracé reprend des morceaux des anciennes lignes Hyde Street – O’Farrell, Jones & Hyde et Powell-Jackson-Washington.

L’histoire du Cable Car de San Francisco en trois pouces

Sur la boîte, on remarque immédiatement une erreur puisqu’il est indiqué « Sun Francisco » au lieu de « San Francisco ». Sans doute une erreur de retranscription, sun et san étant assez proches phonétiquement… Cette erreur ne se retrouve pas sur le châssis du modèle, où seules les initiales de la ville (SF) sont indiquées. Un châssis qui ne mentionne également pas l’échelle exacte de la miniature par rapport au modèle réel. C’est le modèle à cabine unique qui a été retenu par Tomica, reconnaissable à ses rangées de bancs en bois tournées vers l’extérieur d’un côté et sa partie couverte de l’autre.

Plusieurs variations de la miniature ont été commercialisées. Pas moins de cinq pour être exact. Quatre dont la couleur extérieure est verte et une cinquième de couleur rouge. L’utilisation du rouge sur l’une des variations n’est pas une erreur. En effet, suite au tremblement de terre de 1906, des Cable Cars utilisés à Sacramento furent mis en service à San Francisco sur la ligne Powell & Mason. Ceux-ci étaient de couleur rouge, avec un toit gris. Ils furent ensuite repeints en vert en 1909. Si le modèle reproduit par Tomica conserve un toit marron sur toutes ses variations, on ne peut que noter le souci du détail d’avoir reproduit l’un des modèles importants dans l’histoire de la ligne Powell & Mason…

Nom du modèle San Francisco Cable Car
Collection Foreign / F-Series
Numéro F68-2
Lieu de fabrication Japon
Echelle non précisée
Parties mobiles non
Suspension non
Accessoires planche d’autocollants

Illustrations : Tomica et compagnie

Le casting de la série Foreign est à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *