(Février 2019) 16-7 – Lamborghini Urus

Parce qu’il n’y a pas que Ferrari en matière de purs-sang italiens, c’est Lamborghini qui sera à l’honneur le mois prochain chez Tomica. Le premier SUV (et non le premier 4×4!) de la marque de San’t Agata Bolognese va en effet rejoindre le casting de la série Regular.

C’est en avril 2012 au salon automobile de Pékin que l’Urus a été présenté, sous forme de concept-car. A l’instar d’autres showcars présentés par le constructeur italien comme la berline Estoque, l’affaire aurait très bien pu en rester là. Mais le marché des SUV attire de plus en plus de constructeurs, et des plus huppés. Outre Porsche qui s’est vite lancé sur le marché avec son Cayenne dès 2002, Bentley a aussi commercialisé le Bentayga, et Rolls-Royce le Cullinan. Chez les constructeurs de sportives, Aston Martin lancera cette année son SUV nommé DBX, tandis que Ferrari met au point un Purosangue pour 2022.

Lamborghini Urus, le SUV tout en muscles

Esthétiquement, l’Urus ne renie pas l’ADN Lamborghini. Et ce même s’il est basé sur la même plate-forme que ses cousins du groupe Volkswagen que sont l’Audi Q8, le Porsche Cayenne et le Bentley Bentayga. Ainsi, son pare-choc avant est largement ajouré, sa ligne est plongeante à la manière d’un coupé et ses flancs sont musculeux comme ceux du taureau dont il tire son nom (urus signifie auroch en latin, et désigne un taureau sauvage aujourd’hui disparu). En revanche, c’est sa mécanique qui pourra faire hurler les puristes de la marque. Point ici en effet de V12 ou même de V10, c’est un V8 biturbo qui est installé. Dérivé de celui installé dans la Porsche Cayenne Turbo, il développe ici 650 chevaux. De quoi permettre à l’italienne de passer de 0 à 100 km/h en 3,6 secondes et de filer à 305 km/h en pointe malgré un poids de 2,2 tonnes.

Le Lamborghini Urus intégrera le casting Regular au numéro 16. Il y remplacera le bus Isuzu Gala JR Tokohu. Deux versions seront disponibles. La première sera l’édition limitée de lancement, de couleur noire (Nero Noctis selon le nuancier Lamborghini), tandis que la seconde adoptera un jaune proche de la peinture Giallo Auge disponible pour le modèle réel. Le pare-choc avant ajouré ainsi que les extensions d’ailes et le capot nervuré ont été fidèlement reproduits. En revanche les feux avant ne sont pas reproduits en plastique, mais simplement peints. Et la miniature ne semble pas posséder d’ouvrant à moins que le coffre, non visible sur les photos, ne soit finalement mobile. L’Urus est le deuxième tout-terrain de Lamborghini a intégrer l’un des castings Tomica après le Cheetah (série Foreign, numéros F28-2 et F65-1), un prototype de 4×4 conçu en 1977 dans le but de répondre à un appel d’offres de l’armée américaine.

Le SUV italien sera commercialisé le 16 février prochain, au tarif de 405 yen pour la version classique (3,20 euros). L’édition de lancement sera pour sa part affichée à 450 yens (environ 3,60 euros), mais il n’est déjà plus possible de la réserver dans certaines boutiques en ligne. Il semble que les bolides italiens fassent recette même en miniature, car c’était déjà le cas à l’époque pour la Ferrari 488 GTB dont l’édition de lancement avait été très rapidement épuisée…

Illustrations : Hobby Search

Le casting de la série Regular (numéros 1 à 20) est à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *