(Juillet 2019) LV-N186 – Lancer GSR Evolution IV

En juillet, la collection Limited Vintage Neo accueillera une star des rallyes des années 90. C’est en effet la Mitsubishi Lancer Evolution IV, en finition GSR, qui intégrera le casting.

Dans le coeur des passionnés de rallye la version Evolution de la Mitsubishi Lancer (ou LanEvo de son petit nom), à quatre roues motrices, tient une place à part. Apparue en septembre 1992, elle reprend les trains roulants de la Galant VR-4 ainsi que son moteur 4 cylindres turbocompressé, ici poussé à 250 chevaux. Le châssis de la Lancer de base est renforcé, et deux versions sont proposées pour cette Evolution I, qui seront reconduites sur les générations suivantes. D’un côté la RS, reconnaissable à ses jantes en tôle et l’absence d’équipements de confort comme les vitres électriques, et de l’autre la GSR possédant ces éléments, ainsi que des sièges baquets, un ABS et des jantes en alliage. Après 5 000 exemplaires produits, l’Evo I laisse place en décembre 1993 à l’Evo II. Celle-ci dispose désormais de 260 chevaux et bénéficie de nombreuses modifications au niveau de ses trains roulants pour améliorer le comportement : les bras de suspensions sont entièrement nouveaux, les voies avant et arrières sont élargies et les roues avant sont avancées pour gagner de l’empattement. En janvier 1996, c’est au tour de l’Evolution III d’être commercialisée. Le moteur gagne encore 10 chevaux grâce à un nouveau turbocompresseur, tandis que la carrosserie adopte un bouclier avant aux entrées d’air plus volumineuses, des jupes latérales modifiées et un nouvel aileron arrière.

l’AYC (Active Yaw Control), une r-évolution ?

En 1996, la Lancer connaît le cinquième renouvellement de sa carrière. Tout logiquement, la quatrième version de l’Evolution adopte la nouvelle plate-forme CN9A. Lancée en août, l’Evo IV reçoit un nombre substantiel de modifications. Si le bloc moteur est toujours le même, celui-ci s’équipe de pistons allégés et d’un arbre à cames au profil plus agressif. De son côté, le turbocompresseur est entièrement nouveau, et à double volute (système appelé « twin-scroll ») permettant d’obtenir plus de couple à bas et moyen régime.  Au final, ce sont 276 chevaux qui sont obtenus du bloc. La boîte de vitesses courte est à cinq rapports, celle équipant la version RS étant encore raccourcie et pouvant être sélectionnée avec une cinquième courte ou longue. De son côté, la finition GSR s’équipe de disques de freins ventilés et d’un nouveau système de contrôle de lacet baptisé AYC (Active Yaw Control). Celui-ci répartit le couple entre les roues arrière en fonction de leur niveau d’adhérence respective, tant à l’accélération qu’au freinage. Avec un double avantage à la clé : une meilleure stabilité de la voiture et une adhérence augmentée. Esthétiquement enfin, l’Evolution IV inaugure un nouveau bouclier avant avec antibrouillards, une entrée d’air majorée sur le capot et un aileron arrière encore plus imposant. L’ensemble ne laisse planer aucun doute sur les performances de l’engin, qui sont au rendez-vous : 235 km/h en vitesse de pointe et surtout 5,4 secondes au 0 à 100 km/h, une excellente valeur équivalente à celle d’une Porsche 911 Carrera à l’époque.

C’est la troisième apparition de l’Evo IV chez Tomica, après la version de course en série Regular (104-3) et celle « civile » dans le casting Limited (0026). Grâce au niveau de détail plus élevé de la série Limited Vintage Neo, cette nouvelle version met en valeur les attributs de la version GSR avec notamment ses jantes OZ Racing finement reproduites, de même que l’aileron arrière à pilier central. Selon les premiers clichés disponibles, le traitement du bouclier avant a été soigné et l’on peut remarquer les trois stries présentes au niveau de la calandre et la grille de protection de l’échangeur, sous la plaque minéralogique. De même, les autocollants « Evolution IV » sur les portes arrières et sous la malle sont eux aussi présents.

La Lancer GSR Evolution IV sera disponible à la mi-juillet en deux coloris. Le gris correspondant au Steel Silver du modèle réel (déclinaison a) et le noir Pyrénées Black Pearl (b) au tarif de 2 160 yens, soit environ 17,60 de nos euros. Comme d’habitude, vous pouvez d’ores et déjà réserver votre exemplaire en ligne dans votre boutique préférée.

Illustrations : Hobby Search

Le casting de la série Limited Vintage Neo est à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *