(Juin 2019) 11-7 – Enzo Ferrari

Depuis que Takara Tomy a remis l’an dernier la main sur la licence Ferrari, on ne l’arrête plus! Cinquième modèle du cheval cabré a rejoindre les castings Tomica, c’est la supercar Enzo qui intégrera le mois prochain la collection Regular.

En 1987, Ferrari avait déjà frappé très fort en sortant la F40, voiture de course à peine civilisée pour un usage routier. Première de la lignée des supercars de Maranello, elle fut suivie en 1995 de la F50, encore plus performante mais souvent considérée comme moins réussie que son aïeule. Puis en 2002, Ferrari présente au salon de Paris l’Enzo, nommée comme telle en hommage au créateur de la marque, Enzo Ferrari, décédé en 1987.

349 exemplaires pour des clients triés sur le volet

C’est à la carozzeria Pininfarina, et plus précisément au designer japonais Ken Okuyama, que l’on doit le dessin de l’Enzo. Celui-ci, qui ne se distingue pas par sa fluidité, est anguleux et percé de nombreuses entrées et sorties d’air, ici pour améliorer l’appui à haute vitesse, là pour refroidir freins ou encore moteur. Mais le plus notable est que l’Enzo parvient à se passer de gigantesque aileron arrière, rompant ainsi visuellement avec ses aînées. Elle possède en effet un petit aileron se déployant progressivement en fonction de la vitesse. Sous le capot moteur, la supercar de Maranello embarque bien entendu un V12 de 6.0 litres de cylindrée, atmosphérique comme sur la F50, mais ici entièrement nouveau. Fort de ses 660 chevaux celui-ci permet d’atteindre les 353 km/h en vitesse de pointe, avec des chiffres d’accélération à l’avenant. Et côté structure, l’Enzo repose sur un plancher mêlant fibre de carbone et aluminium en nid d’abeille. Malgré un prix bien sûr stratosphérique, les 349 exemplaires produits ont été attribués à des clients fidèles, que le constructeur a lui-même sélectionné. Car il ne suffit pas d’un compte en banque bien garni pour s’offrir les modèles d’exception de la marque : il faut faire acte de candidature. Les heureux élus sont ceux qui ont par le passé possédé plusieurs des modèles les plus mythiques du constructeur…

L’Enzo rejoindra le casting Regular au numéro 11, et viendra remplacer la SRT Viper GTS. Contrairement aux toutes premières images vues ces derniers mois, la miniature sera dotée de feux avant en plastique translucide et non peints. Et à l’instar de la 488 GTB lancée en novembre dernier, l’Enzo ne possédera pas d’ouvrants. On se consolera en admirant le travail effectué sur la carrosserie dont les courbes et arètes ont été minutieusement reproduites. L’Enzo est la deuxième supercar de la marque à rejoindre le casting Regular après la LaFerrari l’an dernier.

La Ferrari Enzo sera mise en vente le 15 juin prochain. Pour la version courante, de couleur rouge, il vous en coûtera 405 yens soit 3,30 euros à peu près. Pour l’édition limitée de lancement du modèle, grise, celle-ci réclamera un petit supplément puisqu’elle sera tarifée 450 yens (3,65 euros). Comme de coutume lorsque Tomica sort une Ferrari il ne faudra pas trop tarder pour réserver l’une ou l’autre, certaines boutiques ayant déjà écoulé leurs stocks.

Illustrations : Hobby Search

Le casting de la série Regular (numéros 1 à 20) est à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *