(Juin 2019) Premium 13-3 – Dino 246 GT

En juin, une nouvelle classique européenne viendra grossir les rangs de la série Premium. Il s’agit de la Dino 246 GT

Alfredo Ferrari, surnommé « Dino », n’est pas que le fils du célèbre créateur de la marque au cheval cabré. Brillant ingénieur, il a conçu conjointement avec Vittorio Jano un moteur V6 qui permit à l’écurie de Maranello de remporter le championnat du monde de Formule 1 en 1961. Une victoire qu’il n’a pu savourer, hélas. Atteint en effet d’une grave maladie génétique, Dino décède en 1956 à l’âge de 24 ans. Toutefois, lors du salon de Paris 1965, le carrossier italien Pinifarina présente un prototype de berlinette, nommée Dino 206 S. Les lignes de celle-ci sont fortement inspirées des autos de course, et elle est motorisée par le V6 conçu par Alfredo de 2.0 litres de cylindrée placé en position arrière. Ce premier prototype va ensuite apparaître dans une version évoluée au salon de Turin l’année suivante. Puis en 1967, Pininfarina présente la 206 GT elle aussi équipée du moteur Dino, les deux premiers chiffres faisant référence à la cylindrée de 2.0 litres et le 6 au nombre de cylindres. Ferrari ne produisant alors que des modèles équipés de moteurs à 12 cylindres, le commendatore décide de commercialiser la 206 GT sous une marque à part. Cette marque, créée en 1964 en l’honneur de son fils disparu, se nomme Dino.

La Ferrari qui ne dit pas son nom

Deux ans après la 206, c’est la 246 GT qui est présentée au salon de Genève. Outre un moteur dont la cylindrée a été portée à 2.4 litres comme le suggère la numérotation du modèle et qui développe 195 chevaux, son empattement est allongé de 6 centimètres. Corrigeant les défauts de jeunesse de la 206, la nouvelle venue offre un niveau de performances à la hauteur de sa rivale désignée, la Porsche 911 S : 240 km/h en vitesse de pointe et moins de sept secondes pour l’exercice du 0 à 100 km/h. Esthétiquement identique sa devancière, la 246 GT connaîtra trois versions différentes durant sa carrière. En septembre 1970 en effet, le type M vient remplacer le type L. Cette nouvelle itération voit ses jantes Cromodora passer à une fixation par cinq écrous au lieu d’un seul, et son train arrière s’élargir de trois centimètres. La carrière de la Dino 246 GT se termine en juillet 1974, après 3 883 exemplaires vendus. En Europe, elle passera à la postérité en devenant la monture de Danny Wilde (incarné par Tony Curtis) dans la série culte Amicalement Vôtre.

Au sein de la série Premium, la Dino viendra rejoindre deux machines de Maranello, à savoir les Testarossa (06-2) et 512 BB (17-2). Les premières images du modèle laissent augurer de belles choses, car les courbes caractéristiques de la 246 GT semblent avoir été fidèlement reproduites. Les deux double sorties d’échappement sont présentes, et les jantes Cromodora à cinq écrous du modèle réel semblent avoir elles aussi été soignées. Un petit regret toutefois, aucun ouvrant n’est présent sur la miniature…. Deux versions seront proposées : la normale, de couleur rouge, et une jaune proposée uniquement par la boutique en ligne Tomica.

La Dino 246 GT sera mise en vente à la mi-juin, au tarif de 720 yens pour la version normale et 800 yens pour l’édition vendue par les boutiques de la marque. L’une et l’autre peuvent déjà être réservées sur la plupart des sites en ligne proposant les produits Tomica. Toutefois le modèle jaune semble d’ores et déjà plus difficile à trouver, certaines boutiques ayant déjà écoulé leur stock…

Illustrations : Hobby Search

Le casting de la série Premium est à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *