(Octobre 2019) Premium 32-1 – Volkswagen Type 1

Troisième modèle du constructeur allemand à venir garnir l’effectif de la série Premium, c’est en octobre que sera commercialisée la première version de la fameuse « Cox ». Ou plutôt de la Type 1 puisque l’adoption du nom de Coccinelle n’a officiellement eu lieu qu’en août 1967.

Nommé chancelier de l’Allemagne en début d’année, Adolf Hitler rencontre en 1933 un brillant ingénieur d’origine tchécoslovaque, Ferdinand Porsche, qui travaille alors chez Auto Union sur la monoplace Type A, une voiture de course à moteur 16 cylindres en V monté en position centrale. Au cours de leur discussion, Hitler demande à Porsche de concevoir un nouveau véhicule que le peuple allemand pourrait s’acheter (Volkswagen, la voiture du peuple). Le cahier des charges défini par le chancelier est que la voiture doit pouvoir convoyer cinq passagers, deux adultes et trois enfants, à une vitesse maximale de 100 km/h et que son prix ne doit pas excéder 990 Reichsmark (la monnaie de l’époque en Allemagne). S’inspirant assez largement des épures de la Tatra T97, Ferdinand Porsche termine le développement de la Type 1 un an avant le début de la seconde guerre mondiale, en 1938. Baptisée KdF (Kraft durch Freude, la force par la joie) par Hitler, la petite voiture séduit les allemands qui sont la première année près de 350 000 à passer commande en versant un acompte sous la forme d’un carnet de timbres à acheter et à compléter petit à petit. Mais le conflit mondial éclate en 1939, et les sommes versées servent finalement à financer l’effort de guerre de l’armée allemande. La très grande majorité des acheteurs ne verront jamais la couleur de leur Type 1…

Produite pendant plus de 60 ans

Au sortir du conflit c’est un anglais, le major Ivan Hirst, qui convainc sa hiérarchie de reprendre la production des Type 1 dans l’usine de KdF Stadt. Même si celle-ci a subi de lourds dégâts dus à de multiples bombardements, des exemplaires recommencent à sortir des chaînes dans les tous derniers jours de l’année 1945. Le public peut à nouveau acheter la voiture dès 1946, ceux ayant tamponné leur carnet de timbres avant la guerre se voyant accorder une ristourne dérisoire de 200 Marks sur le prix de la voiture. Le nom de KdF est abandonné au profit de Volkswagen, moins connoté « nazi ». Et si le patronyme de Type 1 est conservé pour le modèle, celui-ci va acquérir de nombreux surnoms le plus souvent liés à la famille des insectes, comme Coccinelle (en France, en Belgique ou encore en Chine), Käfer (coléoptère en allemand) ou Beetle (scarabée en anglais). Après plusieurs évolutions et des motorisations de plus en plus puissantes, la production de la Coccinelle sur le sol allemand s’arrête en 1978. Pour autant, le modèle continue d’être fabriqué au Mexique jusqu’en 2001 et ce sont près de 21,5 millions de Coccinelle au total qui auront quitté les chaînes de production.

La Volkswagen Type 1 rejoint dans la série Premium les versions tôle et pick-up du combi Type 2. Au vu des premiers clichés, c’est un modèle post-1958 qui a été retenu par Tomica puisque c’est l’année où les clignotants sont apparus sur les ailes avant. Au niveau des détails, on notera les feux avant en plastique translucide, les clignotants avant cités juste avant, le logo Volkswagen reproduit sur les enjoliveurs, les pneus à fond blanc ou encore les marchepieds noirs à jonc chromé. Si les formes du modèle original ont bien été respectés, on déplorera en revanche que les parties de carrosserie autour des vitres, les pare-chocs et les deux sorties d’échappement n’aient pas eu droit à un traitement plus minutieux. De même on peut regretter que la miniature ne possède pas d’ouvrants, ceci étant dit les deux « Combi » déjà sortis dans la série n’en possédaient pas non plus…

La Type 1 sera lancée à la mi-octobre, au tarif de 720 yens (quasiment 6,10 euros) soit le prix habituel pour les modèles de la série Premium. Mais vous pouvez dès aujourd’hui réserver votre « bête à bon dieu » miniaturisée dans la plupart des boutiques en ligne spécialisées.

Illustrations : Hobby Search

Le casting de la série Premium est à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *