Tomica F Series Presentation Titre

Présentation de la série F (Foreign)

Comme nous avons pu le voir en présentant l’histoire de Tomica, Tomy a eu des vues internationales pour ses miniatures trois pouces. En 1976, six ans après la création de la série Regular, le fabricant japonais a ainsi lancé une collection dédiée aux modèles construits en-dehors de l’archipel. Il s’agit des Foreign, aussi appelées F-Series.

Sur le plan international, et malgré leurs indéniables qualités, les voitures japonaises ont du mal à percer. Méconnaissance du public d’un côté, quotas drastiques d’importations de l’autre, les freins sont en effet nombreux. Pourtant, l’histoire montre que le temps a fait son oeuvre : de 15% en 1965, les exportations de voitures nippones passent à 56% en 1980. Entre les deux, les années 70 ont permis au Japon de monter en puissance. Notamment à cause des deux chocs pétroliers de 1973 et 1979, quand nombre de consommateurs étrangers se sont mis à délaisser les puissantes mais gloutonnes américaines et européennes pour de plus raisonnables et frugales japonaises.

Le Japon contre le reste du monde…

Mais tandis que les parents louent la faible consommation et la fiabilité des productions de l’archipel, celles-ci ne font pas rêver leur progéniture. Et en effet, entre une Lamborghini Miura SV ou une Chevrolet Corvette Stingray et une Toyota 2000 GT, la préférence des enfants va naturellement à l’une des deux premières citées. La japonaise a certes été popularisée à l’international par son apparition dans James Bond en 1965 (On ne vit que deux fois), mais il n’est pas certain qu’elle aura la faveur des enfants au moment de choisir une miniature sur l’étal du marchand…

Foreign

C’est sans doute pourquoi, en 1976, Tomy lance la gamme Tomica F-Series, la lettre F signifiant foreign (étranger). Et alors que les boîtes de la série Regular sont noires, celles des F-Series sont spécifiques. Elles sont blanches à bandes bleues, et arborent le drapeau du pays dont est issu le véhicule. A noter toutefois que deux modèles possèdent une boîte spécifique. Ainsi, la Cadillac Fleetwood Brougham (référencée F2-1) possède un emballage où le drapeau américain et la bande bleue sont placés à gauche sur la boîte, tandis que sur le reste de la série ces éléments sont disposés à droite. Sans doute une simple erreur d’impression… La deuxième est la monoplace Tomica Chevron BMW (F69-1), dont la boîte est multicolore jaune/orange/rouge. Ce modèle est spécifique car un modèle au 1/1ème a bel et bien porté les couleurs de Tomica en course. Mais nous développeront cela dans un sujet dédié bien entendu!

Les Etats-Unis et quatre pays européens à l’honneur

Ce sont cinq nationalités étrangères qui sont à l’honneur dans la collection Foreign. Initialement, 18 modèles anglais, allemands et américains composent le casting. En 1977, c’est l’Italie qui est à son tour représentée avec la sortie de la Lancia Stratos (F19-1) et de la Fiat X1/9 (F28-1). Et l’année suivante, c’est au tour de la France d’être mise à l’honneur avec la sortie de la Citroën SM (F34-1) et de l’Alpine-Renault A442 Turbo (F48-1). Au total, ce sont 114 modèles différents qui composent la série Foreign, numérotés 1 à 70. Tout comme pour les Regular, il y en a ici pour tous les goûts : monoplaces, voitures de rallye, de sport, berlines, limousines, tramway ou encore camions, chacun y trouvera son compte. Les populaires sont également représentées par les inévitables Citroën 2CV (F39-2), Mini Cooper (F8-2) et Volkswagen Coccinelle (F20-1). A noter une faute d’orthographe sur la boîte de la De Tomaso Pantera GTS (F55-1), où il est mentionné ‘Itary’ à la place d’Italy. Les R se prononçant au Japon à la manière des L, ceci explique sans doute cela…

Made in Itary…

En 1988, la série Foreign tire sa révérence. Mais cela ne signifie pas pour autant que Tomica se recentre uniquement sur les véhicules japonais. Non, car certains véhicules de la série intègrent alors le casting Regular. En matière de nomenclature, les F-Series portent des numéros 1 à 70, précédés de la lettre F. Pour retrouver les modèles ayant rejoint la série Regular, il faut simplement enlever la lettre et ajouter 80 à leur numéro d’origine. Ainsi, le Citroën Type H (F17-2) porte le numéro 97 dans la série Regular. En revanche, le châssis du véhicule n’est pas modifié, de sorte que si la boîte mentionne bien le chiffre 97, le châssis pour sa part est toujours gravé F17-2. Enfin, il faut préciser que la plupart des modèles ayant ainsi migré d’une série à l’autre ont été rapidement remplacés. Depuis, la gamme Regular propose régulièrement des modèles étrangers aux côtés des productions asiatiques.

Le casting complet de la série Foreign est à retrouver ici.

Illustrations : Tomica et compagnie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *